Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 01:08

A Brie-sous-Matha, nous avons un patrimoine communal impressionnant (voir ici l'inventaire au 20 juillet 2009)

 

Son mauvais état d'entretien est tout aussi impressionnant.

 

Dernier épisode en date,

 

Le toit d'un bâtiment communal s'est effondré, par défaut d'entretien : une partie du toit de l'annexe de la Mairie, acquise par la commune en 2008

 

Les Briellois se demandent à quoi sert à la commune d'avoir un tel patrimoine, et autant de personnel, si ce patrimoine est aussi mal entretenu.

 

Est-ce pour justifier des impôts locaux records ?

 

Est-ce pour justifier des effectifs pléthoriques ?

 

La commune emploie actuellement 5 cantonniers et 2 secrétaires de mairie, pour 192 habitants !

 

Y aura-t'il bientôt à Brie-sous-Matha plus de personnel communal que d'habitants, au milieu d'un champ de ruines communales.?

 


Un exemple de bâtiment communal parmi d'autres :

 

en 2009

 

vignerons_03.jpg

le même en 2010

 

2010-03-02 vignerons 01

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 12:00

J'ai volontairement placé cette citation dans la rubrique de ce blog intitulée "Patrimoine en péril"

 

Je la soumets à la réflexion des lecteurs de ce blog, et tout particulièrement à Monsieur Bernard Goursaud, Maire de Brie-sous-Matha.

 

Le Grand Orient de France et la Citoyenneté

 

La Citoyenneté porte des valeurs telles que la Liberté, l'Egalité, la Fraternité qui sont celles à la fois de la République Française et du Grand Orient de France.

La morale, le civisme, la civilité et la solidarité sont l'expression de ces valeurs à travers le respect des autres qui traduisent une volonté à s'engager et vivre ensemble. Cet ensemble de valeurs contribue à la notion de Citoyenneté.

La force véritable de la Citoyenneté réside avant tout dans la compréhension de ce qu'elle représente pour chaque individu dans le corps social.

Ce n'est qu'après cette phase de compréhension bien établie qu'elle peut donner ce sentiment d'appartenance
- d'un individu à une collectivité
- d'un citoyen à la Nation
- d'un administré à l'Etat

Pour nous la citoyenneté est l'expression d'un contrat social.


Source : Grand Orient de France - Assises de la Citoyenneté (21 mars 2009)

Repost 0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:20
Repost 0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 16:24
Nous avons déjà parlé à plusieurs reprises de ce bâtiment communal sur le blog "Briellois"
voir ici : Quand un maire de Charente-Maritime s'approprie le bien public, sans vergogne
et ici : Les experts du Conseil Général sont-ils débordés ?

Ce bâtiment communal était déjà en très mauvais état (2 photos ci-dessous: P. Collenot - 30/01/2008)

06033_redimensionner.jpg
vignerons_03.jpg
La tempête "Xynthia" du 28 février 2010 l'a encore un peu plus dégradé. (Photo : P. Collenot - 02/03/2010)

2010-03-02_vignerons_01.jpg

2010-03-02_vignerons_02.jpgLe bâtiment avait déjà perdu une partie de son bardage. Le vent de Xynthia en a arraché de nouveaux morceaux.

Les abords du bâtiment sont dangereux à cause de l'instabilité des morceaux de tôle en partie arrachés. La circulation sur la route de Louzignac à Brie présente des risques pour les automobilistes les jours de vent.

Tôle du toit en partie arrachée - Photo : P. Collenot - 02/03/2010

Lors du prochain conseil municipal, nous demanderons au Maire ce qu'il décide de faire pour sécuriser ce bâtiment communal, car il y a urgence, il y a danger.

Si aucune décision utile n'est prise pour faire cesser les risques créés par ce bâtiment communal, une action en justice sera engagée.


2010-03-02_vignerons_04.jpgMorceau de bardage arraché par le vent. Photo P. Collenot - 02/03/2010


Il y avait là, jadis, un joli moulin à vent qui hantait la mémoire des anciens de la commune.

2010-03-02_vignerons_05.jpg
Aujourd'hui, sur le point culminant de Brie, visible de partout, il y a cette espèce d'horreur dangereuse...

2010-03-02_vignerons_03.jpg
Une image de Brie-sous-Matha qui ne lui fait pas honneur.
Repost 0
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 09:45
vignerons_02.jpgQuelle est exactement la situation juridique du bâtiment communal dit des "Vignerons Charentais" ?

Une vieille question, demeurée sans réponse officielle depuis plusieurs années.

Depuis 2004, le maire de Brie-sous-Matha utilise ce bâtiment communal comme hangar agricole pour son usage personnel

Il n'a aucun bail et il ne verse aucun loyer à la commune. (Voir règlementation sur l'usage privatif du bien public)

Un bâtiment communal en très mauvais état.

Une image lamentable de la commune de Brie-sous-Matha, typique de l'abandon général de son patrimoine.

Situé à l'endroit le plus élevé de la commune, il est visible de partout. Ce "phare de Brie" illumine le paysage de son esthétique pimpante.
 
C'est aussi une grosse ardoise financière (sa réparation ou sa destruction) suspendue au-dessus de la tête des briellois.

Le sujet a été à l'ordre du jour au conseil municipal du 8 décembre 2009.

06033_redimensionner.jpgVoir cet article : Brie-sous-Matha : quand un maire de Charente-Maritime s'approprie le bien public, sans vergogne

40 minutes d'explications confuses du maire, rendues par lui dans le compte-rendu officiel par ce résumé laconique :

4. Questions de Jean-Jacques LABROUSSE : Bâtiment Relais dit "bâtiment des vignerons" :

Le Maire donne des informations : crédit-bail, convention avec le Conseil Général, financement, remboursement à la commune par l'assurance.


Il sera fait appel à un service juridique à la demande de Monsieur LABROUSSE.


Monsieur le Maire nous a ensuite révélé qu'il avait fait appel aux services des experts juridiques du Conseil Général de la Charente-Maritime.

Ces experts juridiques sont sûrement surchargés, en cette période pré-électorale.

Nous attendons depuis plus de deux mois le résultat de leurs expertises.

Les "non-experts" de la commune pensent déjà connaître la réponse à la question posée.
 
Elle expliquerait probablement les causes de la lenteur des experts juridiques du Conseil Général.
 
Combien de temps les habitants de Brie-sous-Matha devront-ils encore attendre, pour savoir à quelle sauce au pineau leurs impôts vont être mangés ?
Repost 0
21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 00:53
Le patrimoine de la commune de Brie vient de s'accroître par la préemption d'un nouveau bâtiment. (voir cet article)
 
C'est l'occasion de faire l'inventaire de ce patrimoine et d'exposer son état actuel.
 
Brie-sous-Matha : une commune atteinte de boulimie d'acquisition, mais qui entretient mal ce qu'elle a acquis,
- parce que la question de la charge de l'entretien ne fait pas partie des critères d'acquisition.
- parce que le personnel communal, laissé à lui-même, n'a pas de programme contrôlable d'entretien du patrimoine
 
Résultat : faute de moyens financiers à la hauteur de ce qu'elle possède, et de volonté d'entretenir, la commune transforme en ruine ou en frîche ce qu'elle acquiert.
 
Et si on redevenait raisonnable en arrêtant de jeter l'argent des contribuables par les fenêtres ?
 
Etat des lieux

Nature Images Commentaires
La Mairie En fin 2002, le bâtiment semblait entretenu : façade propre, volets peints à toutes les fenêtres.
     Juillet 2009

La Mairie n'a plus ses volets du 1er étage, perdus faute d'entretien.
 
Feriez-vous cela pour votre propre maison ?
 
(photo du 14/07/2009)
   
 
Ceux du rez-de-chaussée sont en mauvais état, par défaut d'entretien.

(photos du 19/07/2009)
L'annexe de la Mairie, acquise par la commune en 2008   Un bâtiment en mauvais état, qui n'a fait que se dégrader un peu plus depuis qu'il est devenu propriété communale, faute d'entretien.
 
(photos du 19/07/2009)
   
 
   
Un bien communal qui n'est pas protégé contre les déprédations.
Le bâtiment communal des ex-Vignerons Charentais.
 
dit "le Phare de Brie", car il est visible de très loin.
  Un exemple typique de bâtiment communal briellois laissé à l'abandon.

Ce lieu est dangereux, en raison de la fragilité du bardage qui se dégrade de jour en jour.
 
Tous le Briellois se demandent depuis longtemps quand cessera le scandale que constitue ce bâtiment communal.
 
Nous parlerons prochainement sur ce blog de son étonnante histoire.

(photos du 19/07/2009)
     Le hall d'entrée
Le bâtiment communal de la Chèvrerie  
Un bâtiment mal entretenu, qui se dégrade rapidement.
 
(photos du 19/07/2009)
Un jardin dans le bourg, acquis par la commune en 2008   En friche, pas entretenu

(photo du 19/07/2009)
Le terrain communal du projet de lotissement   En friche, pas entretenu
 
(photo du 19/07/2009)
Un autre terrain communal

où le Maire fait déverser les résidus du curage des fossés
  En friche, pas entretenu
 
(photo du 19/07/2009)
 Les voies communales   La méthode employée par le Maire pour entretenir les voies communales fait beaucoup rire nos voisins, mais pas les habitants de Brie.

(photo du 19/07/2009)

Voir cet article
     
     

Repost 0
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 12:22
Le faire-part vient d'être distribué dans nos boites à lettres ! Condoléances inquiètes !



La Mairie de Brie est en état de mort cérébrale : son encéphalogramme est plat depuis "une bonne année"

C'est ce que révèle aujourd'hui le Maire, dans le compte-rendu du Conseil Municipal du 26 juin, fraîchement distribué dans les boites aux lettres des Briellois.

Texte du faire-part (dans le français approximatif habituel)



8. Poursuite des projets en cours ?

 


1. Projet Aménagement Mairie :
2. Projet Lotissement :

Le Maire expose au Conseil Municipal que ces projets depuis une bonne année (sic) sont toujours au point mort car les différents recours devant les tribunaux et la demande de documents n'ont pas permis de se consacrer à la réalisation de ces dossiers. La majorité du temps de secrétariat de mairie étant consacré (sic) aux affaires administratives.

Lors de la précédente réunion du Conseil Municipal, il a été décidé de créer un Contrat d'Accompagnement à l'Emploi qui aura pour mission le suivi et l'accompagnement de ces dossiers.

 


 

 

 
Commentaires du blogueur


La demande qui tue !

Le lecteur observera que le Maire écrit que c'est la demande de documents qui a tétanisé la Mairie.
 
La Mairie de Brie a reçu au cours des 18 derniers mois trois demandes de communication de documents publics représentant au très grand maximum 32 photocopies. Deux de ces demandes viennent du blogueur ; la troisième d'un autre habitant de la commune.
 
Ce ne sont pas les réponses qui ont tué la Mairie, puisqu'il n'y en a jamais eu. La Mairie de Brie-sous-Matha était probablement de santé très fragile, et cela ne se savait pas !
 
Il n'y a jamais eu de réponse du Maire à ces trois demandes : d'où les trois procédures en cours devant le Tribunal Administratif pour absence de réponse. Il s'agit de documents publics dont la communication est rendue obligatoire par la loi. Mais la Loi, à Brie-sous-Matha ...
 
Ces trois demandes de communication de documents ont été fatales à la Mairie.
Elles ont entraîné sa mort cérébrale.
C'est certainement pour cette raison qu'elle ne répond plus et que les projets annoncés par le Maire sont à l'abandon.
 
Une mort cérébrale inquiétante pour l'administration de la commune.

La commune de Brie-sous-Matha et ses habitants souffrent de cette mort cérébrale : le Maire reconnaît officiellement que des actes administratifs importants concernant des habitants ont été perdus, et que la Mairie n'archive plus les documents officiels.
 
Il y a là un véritable danger pour la vie de la commune.
 
Pour quelle activité la secrétaire de Mairie a-t-elle été recrutée ?

Le Maire se plaint et écrit : "La majorité du temps de secrétariat de mairie étant consacré (sic) aux affaires administratives."
 
Pour quelle autre activité cachée a-t-elle été recrutée ?
 
Les habitants de Brie osent espérer que la très grande majorité de son temps est bien consacrée à des tâches administratives.

Une mission urgente pour le CAE

Le blogueur suggère que la première activité du CAE soit d'apprendre à utiliser un défibrillateur. Il y a une véritable urgence.
Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 00:05
Le blog Briellois compatit aux malheurs du Maire de Brie, persécuté par l'Administration

1- La DRAC s'intéresse aux cochonnets de la place de l'église
pour les cochonnets de la place de l'église, voir cet article du blog


Dans le compte-rendu du Conseil Municipal du 4 décembre 2008, à propos des travaux dans les abords de l'église, on peut lire ceci :

"Monsieur Pierre Collenot précise qu'il faut demander l'accord aux Bâtiments de France.

Monsieur le Maire informe le Conseil Municipal que les travaux concernent de l'aménagement en surface et qu'il n'est pas nécessaire d'informer les Bâtiments de France.

Monsieur le Maire demande au Conseil Municipal de voter pour ou contre "faire une demande aux Bâtiments de France"

Pour : 2 - Contre 7 - Abstention 1

Pan sur le bec ...

Préfecture de la Région Poitou-Charentes
Service Régional de l'Archéologie
Poitiers, le 6 janvier 2009.

Monsieur le Maire,

...
Je profite de ce dossier pour signaler l'utilité de prendre attache de mon service le plus en amont possible pour tout projet en zone patrimoniale sensible comme par exemple le centre bourg. La loi 2001-44 sur l'archéologie préventive prévoit cette procédure de demande de renseignement préalable, ce qui évite une situation de blocage potentielle en cas de découverte de vestiges archéologiques.


Etait-il bien raisonnable d'entraîner le Conseil Municipal à faire un vote absurde contre l'application de la loi ?

Et il n'y avait pas que des cochonnets à l'endroit où les travaux ont été effectués, comme l'a constaté l'archéologue de la DRAC ...


2- Le roman feuilleton du contrat de travail de la secrétaire de Mairie

Convocation du Conseil Municipal le 5 février, avec l'ordre du jour suivant

1. La Sous-Préfecture ne validant pas la délibération en date du 14 janvier 2009, concernant la nomination en CDI de Mme N. Des contradictions entre le CDG 17 et la Sous-Préfecture ont amené le Conseil Municipal à ne pas utiliser les termes précis. Il est donc nécessaire de délibérer concernant la rémunération du secrétariat pour services faits pour le mois de janvier.

C'est pas de ma faute à moi, Maire, c'est de la faute de mon Conseil Municipal !

Depuis le mois d'octobre 2008, des membres du Conseil ont tenté d'expliquer au Maire qu'il ne respectait pas les procédures réglementaires pour cette "nomination" et qu'il n'utilisait pas les termes appropriés. Le sujet a été évoqué plusieurs fois en Conseil Municipal depuis octobre. Mais le Maire de Brie n'écoute pas ce qui lui est dit en Conseil, sur ce sujet, comme sur beaucoup d'autres. Alors, il se fait retoquer par la Sous-Préfecture. Et bien évidemment, c'est de la faute du Conseil Municipal.

et Monsieur le Maire de se lamenter à propos de cette persécution :
"la commune est devenue ingérable" (discours des voeux 2009)

Et d'autres de s'interroger :
"Maman, y a-t-il un pilote dans l'avion ?"
Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 10:13
A Brie, le 4 décembre, le Maire a annoncé le démarrage imminent de travaux autour de l'église classée de Brie (12e siècle).

Un appel au respect du patrimoine archéologique de la commune

L'emplacement de ces travaux est celui d'un ancien prieuré dépendant de l'abbaye de Fontevraud, et datant probablement du 13ème siècle. Son existence est avérée par plusieurs archives anciennes. Le blogueur, qui connaît bien l'histoire ancienne de la commune de Brie, en présentera probablement un jour dans un article de ce blog.

Plusieurs conseillers municipaux ont essayé de sensibiliser le Conseil à l'intérêt qu'il y a à veiller au respect du patrimoine archéologique de la commune. Ils ont demandé que les conseils de l'Architecte des Bâtiments de France soient sollicités à l'occasion de ces travaux.
 
Quand j'entends le mot "Culture", je sors mon cochonnet (sur l'origine de cette citation célèbre, voir le site Hérodote.)

Le Maire et la majorité du Conseil ont rejeté cette demande.
 
Un adjoint au Maire a expliqué qu'à l'emplacement prévu pour les travaux, autour de l'église classée de Brie, il y avait eu autrefois un terrain de boules, et que les cochonnets qu'on pourrait trouver là n'intéressaient personne à Brie.
 
Les travaux ont été effectués. Personne n'en saura plus. Y avait-il réellement urgence ?

Le PLU n'est pas respecté

Les travaux réalisés ont eu pour effet d'exhausser le sol de deux mètres environ dans une partie importante des abords de l'église. Outre les risques de nuisances (humidité dans les murs) que cette réalisation fait courir aux riverains, ils ne semblent pas être en conformité avec le règlement du PLU qui indique : Zone UA - Article 1 Sont interdits ... les affouillements et exhaussements du sol qui ne sont pas liés à des travaux de construction visés à l'article R 442-2 du code de l'urbanisme.

Dans le cas présent, il s'agit bien d'un exhaussement du sol, dans un cas non visé par l'art R 442-2 du code de l'urbanisme. A Brie, le pauvre PLU, pourtant adopté par le Conseil Municipal, a déjà été si souvent contredit par les faits. Une fois de plus !




Ce désintérêt pour le patrimoine n'est malheureusement pas un cas unique. Un exemple récent, pas loin de Brie, est très éloquent.

Il montre que les citoyens qui n'ont pas envie que l'argent ou l'amour-propre mal placé détruisent tout sur leur passage doivent être vigilants et se mobiliser.

Recueilli sur le site Ca se passe comme ça

Vinci démolit un trésor archéologique qu’il qualifie de "peanuts"

mercredi 15 octobre 2008

Il n’y a pas qu’à Nantes ou à Poitiers, que la France sarkozyste enterre les trésors archéologiques sous le béton. A Angoulême la semaine dernière, le promoteur Vinci, qui a décroché le chantier de réaménagement de l’immeuble Charbonnaud à l’état de friche depuis des lustres, est tombé sur une nécropole, découvrant une bonne quinzaine de sarcophages [1], dont on ignore encore l’âge, mais dont les premières hypothèses laissent supposer qu’ils remontent aux VIIème, IXème ou Xème siècle [2].
 
Mais plutôt que de signaler immédiatement la découverte, comme cela aurait dû être fait si la loi avait été respectée, Vinci a préféré continuer le chantier, et a commencé à saccager le trésor archéologique, faisant valser les squelettes à coups de pelleteuse. Ca se passe comme ça. Pas un mot au service régional d’archéologie, ces empêcheurs de bétonner en rond. "Réglementairement pourtant, je devrais en être informé" précise Jérôme Primault, responsable de l’archéologie préventive pour le département de la Charente, qui a finalement ordonné l’arrêt du chantier, uniquement sur la partie du site où se trouvent les sarcophages. Une réunion de la DRAC demain (16/10) doit décider si des fouilles doivent être menées.
 
La question est déjà tranchée pour Jacques de Passemar, directeur régional de Vinci : les ossements, les sarcophages, l’archéologie, c’est pas ça qui va permettre de finir le chantier dans les temps. "Pour moi c’est peanuts. On va faire un plan de repérage pour les archives du lieu. Mais sur place on va continuer le travail" explique l’homme qui reconnaît à peine qu’en brisant les sarcophages, un de ses gars "a fait une connerie en manipulant la pelleteuse" à un endroit où il ne devait pas y avoir de creusement [3]. "On ne travaillera plus sur cette partie-là" promet-il.
 
A écouter Passemar, on pourrait presque croire que la connerie de son ouvrier est avant tout d’avoir mis à jour ce foutu merdier archéologique plutôt que de l’avoir ensuite détruit. Sa panique en tous les cas ne concerne pas tant la destruction d’un bien commun, d’un trésor archéologique ou d’un élément de notre histoire que le chantier Vinci : "Heureusement, on n’a pas trouvé de tombes au milieu du chantier. Sinon ca aurait été une catastrophe" commente le bétonneur. Pour l’archéologie ou pour Vinci ?

Notes
[1] Source : Charente Libre, 15/10/2008.
[2] Selon les spécialistes, il pourrait s’agir d’une nécropole du VIIIe, IXe ou Xe siècle. « Un élément en plomb recueilli sur l’une des tombes brisées devrait permettre aux archéologues de dater plus précisément le cimetière », estime Loïc Guilbot, l’architecte des bâtiments de France. Des sarcophages dans les sous-sols de Charbonnaud ? Tous les historiens angoumoisins sont catégoriques, cela n’a rien d’étonnant. On sait en effet que l’usine de papier à cigarettes a été échafaudée sur les ruines l’abbaye de Saint-Cybard. Un monastère édifié au VIe siècle, remodelé voire reconstruit en totalité au Xe, au XVe et au XVIIe. Or, la tradition est séculaire, les moines et les hommes d’Eglise ont toujours été enterrés à l’intérieur ou à proximité de leur lieu de culte. « On sait aussi que les comtes d’Angoulême, du IXe au XIIe siècle, ont souhaité être inhumés dans ce périmètre, insiste Florent Gaillard, le président de la société archéologique et historique de Charente. L’un d’eux a même été exhumé il y a moins d’un siècle, découvre-t-on dans les livres d’histoire contemporaine : en 1910, on a ainsi retrouvé à deux pas de Charbonnaud, sur le site qui deviendra bien plus tard le CNBDI, les restes de Guillaume IV Taillefer, l’un des plus célèbres comtes d’Angoulême, mort en 1028. « On ne s’en rend pas compte quand on descend l’avenue de Cognac, mais on a sous les pieds d’un gigantesque cimetière », détaille encore l’ABF. Source : Charente Libre, 15/10/2008.
[3] Cité par Charente Libre, réf. cit.
Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 10:10
Monsieur le Maire de Brie a été élu au mois d’avril 2008 vice-président du Syndicat Départemental de l’eau de Charente-Maritime. Nous avons été, sur ce blog, parmi les premiers à le féliciter de cette nomination (voir notre article du 2 mai 2008 )

Comme un grand nombre de Français, nous avons reçu le questionnaire de la consultation nationale
« L’eau c’est la vie »,
qui invite tous les citoyens à donner leur avis sur cet important sujet : la qualité de l’eau que nous utilisons et de celle que nous laisserons à nos enfants.

Sur le blog Briellois, il nous a semblé que le Maire de Brie était, en raison de ses nouvelles fonctions au Syndicat Départemental de l’Eau, la personne la mieux placée pour répondre ès-qualité aux questions de cette enquête :

Alors, nous posons les questions 6, 7 et 8 du questionnaire envoyé tout récemment par M. le Président du comité de Bassin (Agence de l'Eau Adour Garonne)

Monsieur le Maire, quelles réponses donnez-vous à ces questions ?

6 - Quels efforts êtes-vous prêt à faire tous les jours pour contribuer à la cause de l'eau et devenir aquacitoyen ?
  • J'économise l'eau (je ferme le robinet d'eau lorsque je me savonne ou me brosse les dents, je n'arrose pas ma pelouse l'été, je privilégie dans mon jardin des plantes peu gourmandes en eau : cactées, plantes grasses, etc.].
  • Je trie pour préserver la qualité de l'eau (j'apporte les huiles de vidange au récup huiles, les restes de médicaments à la pharmacie, les déchets toxiques à la déchetterie,...).
  • Je lutte contre la pollution diffuse (je diminue l'utilisation des désherbants, insecticides, engrais,...)
  • Je respecte le patrimoine aquatique (je ramasse mes déchets après un pique-nique au bord de l'eau, je ne pêche pas des poissons trop petits ou en dehors des périodes autorisées...).
  • Je n'aggrave pas le ruissellement des pluies (j'évite de daller ou goudronner le tour de ma maison, je milite pour la création de bassins de rétention dans ma commune, pour le maintien d'espaces verts,...).
  • Ne se prononce pas.

7- Au-delà de la qualité de l'eau potable qui intéresse la majorité des Français, quelles sont vos deux préoccupations ou inquiétudes majeures dans le domaine de l'eau ?
  • La pollution par les rejets des villes
  • La pollution par les rejets des industries
  • La pollution par les pesticides et les engrais
  • Le manque d'eau dans les rivières et les nappes souterraines
  • Les besoins en eau potable pour la population
  • Les volumes d'eau utilisés par les activités économiques
  • La qualité des eaux de baignade
  • L'entretien des rivières et des berges
  • Savoir qui paye quoi pour garder l'eau en bon état

8- Pour informer les Français ou leur demander leur avis lors d’une prochaine consultation, quel moyen vous semble le plus approprié ?
  • votre boite aux lettres
  • la presse
  • en mairie
  • internet
  • les associations
  • en préfecture

Merci, Monsieur le Maire, d'avoir répondu à ces questions.

Repost 0