Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 09:43

Non au nom "Briellois"

Depuis que ce blog "Briellois" fait recette sur le net et dans les gazettes, le Maire de Brie-sous-Matha a décidé de changer le gentilé (le nom donné aux habitants) de la commune.

Ceux qui étudient l'influence des blogs sur la vie locale trouveront sur ce point de détail une intéressante matière à réflexion.

 

Briellois ou Briois - Un peu d'histoire

La pratique qui consiste à créer un substantif/adjectif à partir du nom d'une commune est assez récente, pour les petites communes.

Pour les grandes villes, elle est beaucoup plus ancienne (parisiens, rochelais, etc) et on la trouve attestée dans des documents à partir des 11e-12ème siècle, dans les chartes qui accordent des privilèges, créent le statut envié des premières communes, avec leur organisation (maires, pairs, échevins, etc). Un petit nombre de villes bénéficient de ce statut, avec création d'un adjectif/substantif pour désigner les habitants (parisienses, rupellenses, etc).

Pour les paroisses rurales, il n'existe pas de substantif/adjectif créé à partir de leur nom. On disait jadis : "les gens de Brie", "ceux de Matha", etc.

De quand date cette pratique : de la seconde moitié du 20ème siècle. Elle est née d'une volonté de personnaliser les communes, avec la création de blasons, quelquefois de devises. Une pratique récente qui répond à un sentiment d'appartenance.

Le gentilé "Briellois" a été créé par le Maire actuel de Brie-sous-Matha. Rendons-lui un hommage, pour une fois que c'est possible.

On retrouve ce gentilé authentifié dans de nombreux documents communaux, dans des livres, sur le net, et dans "le parlanghe" des habitants.

 

Un blog et rien ne va plus dans le microcosme briellois

Et voilà qu'un blogueur de la commune a donné ce nom à son blog.

Intolérable pour le Maire.

Il fait décider par son Conseil Municipal le changement du gentilé. La majorité du conseil vote favorablement. Clochemerle à Brie-sous-Matha. Si demain quelqu'un crée un blog "Briois" et exerce son esprit critique sur les pratiques du Maire, il faudra trouver un autre nom pour les habitants. Bricois, bridois, brisois, britois, brienois... Les habitants de Brie n'ont pas fini de changer de nom. Perte d'identité, pour une fantaisie du Maire.

Et comme il avait besoin d'une justification historique pour le passage de Briellois à Briois, le Maire a demandé à son second adjoint de trouver une bonne et authentique référence.

Nous avons retrouvé ce document qui justifie l'abandon du nom "Briellois" au profit du nouveau gentilé "Briois". C'est une affiche annonçant une représentation théâtrale. Elle date de 1949. "Les Gaietés(1) Brioises". Je ne peux que m'incliner.

 

La référence qui justifie le changement de gentilé

brie_bal_1949.jpg


(1) Définition : gaieté féminin

   1. Disposition à être en bonne humeur.
          * Ils retrouvèrent cette gaieté naturelle que les dures épreuves avaient chassée depuis longtemps.  (Jules Verne, Le Pays des fourrures , 1873)
          * Et il se mit à singer le papotage d'une Parisienne, et jusqu'à la mimique, avec tant de gaieté que Zaheira ne put s'empêcher de rire. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort" , 1940)
   2. Folâtrerie, plaisanteries ou jeux d’enfants.
          * Ce sont là de petites gaietés qu’on peut passer à la jeunesse.

Variantes orthographiques : gaîté

Expressions
    * Être en gaieté, (Familier) être mis en belle humeur par le vin.
    * De gaieté de cœur, (Familier) De propos délibéré et sans y être forcé.
            Il l’a offensé de gaieté de cœur. Quereller quelqu’un de gaieté de cœur. Sacrifier un avantage de gaieté de cœur.
    * Les gaietés d’un cheval, (Manège) Les vivacités d’un cheval.

Synonymes : joie - allégresse - entrain - enjouement - jovialité - jubilation
Antonymes : tristesse - chagrin - mélancolie - ennui

 

Source : Wiktionnaire

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 19:50

franc1er_2.jpgLa protestation contre les plus-values scandaleuses n'a pas commencé à Brie-sous-Matha en 2010 (voir ici).

 

En 1523, déjà, le roi François 1er s'inquiète des manoeuvres tentées par des habitants de la Saintonge, de l'Angoumois et du Périgord pour réaliser de substantielles plus values, en achetant des "héritages" (propriétés) à bas prix pour les revendre ensuite au prix fort.

 

Des pilleries et rançonnements qui pullulent en Saintonge

 

Il a reçu "plusieurs plaintes et doléances des grans pilleries et rançonnemens, faictes sur nostre peuple par plusieurs personnaiges acheptans rentes à pris illicite et non competent, heritaiges aussi à pris illicite".

Il s'agit d'acquisitions manifestement usuraires, illicites et réprouvées, qui pullulent en Saintonge, en Angoumois et en Périgord, multipliant charge et surcharge sur les pauvres gens.

 

Des plus-values qui contribuent à la perdition du pauvre peuple et de son labeur

 

Les acheteurs, par contrats usuraires font des achats à vil prix et contribuent à la perdition du pauvre peuple et de son labeur.

Les auteurs de ces délits ont été évidemment condamnés, mais ils ont fait appel des jugements.

 

Messieurs les juges, rendez-nous un peu de justice et de morale

 

François 1er intervient alors auprès des Parlements de Bordeaux et de Paris pour qu’ils rendent des décisions homogènes sur ce sujet.

Merci, François 1er, d'avoir essayé, de tout votre pouvoir royal, de mettre un peu d'ordre et de morale dans un monde de brutes où les intérêts particuliers devancent l'intérêt public.

 

Le texte complet de ce document de 1523 est disponible ici, sur le site Histoire Passion.

Repost 0
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 16:36

En 1768, le notaire Feniou, de Thors, fait l'arpentage du lieu-dit "la Groie" à Brie-sous-Matha, pour établir le rôle d'imposition de la rente seigneuriale en froment, chapons et argent due par les tenanciers à la seigneurie de Chatenet.

 

A cette date, pour les habitants de Brie, il n'y avait pas de confusion possible, le lieu-dit "La Groie" ou "Prise de la Groix", est un lieu-dit bien localisé, et le notaire en donne les contours. Comme on peut le lire dans le texte ci-dessous, il se situait clairement au sud du chemin qui va de Brie à Macqueville.

 

Le cadastre "napoléonien", 100 ans plus tard (vers 1850-80), situe le lieu-dit "la Groie" au même emplacement qu'en 1768. Les "Combes Josson" sont également indiquées sur ce cadastre. Il n'y a pas de confusion possible entre ces deux lieux. Le premier est sur la section C du cadastre, le second est sur le section B. Même ceux qui ne savent pas lire ne les confondent pas. Un chemin les sépare.

 

cadastre_-014_groie.jpg

 

Le maire actuel de Brie semble être le seul à connaître une autre version : celle qu'il a inventée de toutes pièces, pour justifer son erreur, envers et contre tout. Le remembrement de 1975 n'a pas, comme il l'affirme dans la presse, changé l'emplacement ancestral des lieux-dits de Brie-sous-Matha.

 

Aujourd'hui, comme jadis, le lieu-dit "la Groie", toujours au même endroit, est en section ZD (ex-section C). C'est un endroit que je connais très bien. Je connais aussi très bien son histoire. Les Combes Josson sont en section ZC (ex-section B).

 


Source : archives particulières - Brie-sous-Matha

 

Le vingt six juillet mil sept cent soixante huit a esté par moy notaire royal herpenteur soussigné mezuré et herpenté un article de rente sittué au bourg de Brie appelée la Prise de la Groix quy confronte du levant a la terre de François Bastard et a la veuve Brunet, du couchant au chemin qui conduist de Brie à la Coudre, du midy aux terres de plusieurs et du septentrion au logis et jardin des Chatenet a la terre dautre particuliers et au chemin quy traverse le bourg pour raison de quoy il est du a la seigneurie de Chatenest en Brie un boisseaux un quart froment mezure de Mastas un chapon et le tiers dun, et huit sols en argent de rente noble payable par les cy après nommés par chacun an jour et feste de Saint Luc et pour scavoir combien chacun doit a esté esgallé comme sen suit

 

1768-01_redu.jpg

 

Premièrement
Jean Deneschere(1) tient en dix scillons quarente cinq carreaux pource doit dudit froment une mezure et demie moins la douziesme partie dune chapon et argent deux sols un denier et demy

 

Pierre Gros(2) tient en seize scillons soixante sept carreaux un quart pource doit dudit froment deux mezure et le quart dune, chapon et argent trois sols cinq deniers

 

Jean Auge en quatre scillon vingt un carreaux plus cinq scillons dun bout et sept de lautre trente neuf carreaux trois quart plus en un jardin cinq carreaux trois quart plus en autre trois carreaux un quart plus en ses bastiment et issuë neuf carreaux deux tiers plus en sa quatriesme partie dune grange et issue trois carreaux et demy, plus un fumeron deux carreaux revenant en tout a quatre vingt cinq carreaux pource doit dudit froment trois mezure moins la huitiesme partie dune, chapon et argent quatre sols trois deniers

 

Jacques Vallet(3) en douze scillons soixante trois carreaux pource doit dudit froment deux mezures et la huitiesme partie dune, chapon et argent trois sols deux deniers

 

Jean Dugast(4) tient en neuf scillons dun bout et cinq de lautre quatrevingt quatre carreaux deux tiers plus en son jardin dix sept carreaux plus un fumerou deux carreaux revenant en tout a cent trante carreaux pource doit dudit froment quatre mezure et demie moins la douziesme partie dune, chapon et argent six sol six deniers

 

Jean Mathou(5) en cinq scillons trente un carreaux un quart plus en son jardin dix sept carreaux un quart plus en ses batiment et jardin vingt un carreaux un tiers plus en un toit et passage six carreaux un quart revenant en tout a soixante et seize carreaux pource doit dudit froment deux mezures et demie et la douziesme partie dune, chapon et argent trois sol huit deniers et demy

 

Jean Babin en cinq seillons trente un carreaux un quart plus un jardin trois carreaux plus un fumerou un carreaux plus en la moitié dune chambre deux carreaux un tiers revenant en tout a trente huit carreaux pource doit dudit froment une mezure un tiers, chapon et argent deux sols

 

Pierre Augé en son jardin trois carreaux un quart plus en ses batiment et issue douze carreaux et demie revenant en tout a dix neuf carreaux un quart pource doit dudit froment les deux tiers dune mezure, chapon et argent un sol

 

Michel Augé(6) en ses bastiments et jardin vingt six carreaux et demy plus en une grange trois carreaux et demy, revenant en tout a trente carreaux pource doit dudit froment une mezure, chapon et argent un sol six deniers

 

Charle Augé(7) en une portion de grange trois carreaux et demy pource doit dudit froment la huitiesme partie dune mezure, chapon et argent deux deniers un quart

 

Pierre Daigre(8) en un jardin trois carreaux plus en un fumeron un carreaux plus en la moitié dune chambre deux carreaux deux tiers revenant en tout a six carreaux deux tiers pource doit dudit froment un quart mezure, chapon et argent quatre deniers

En marge : Payé pour 1782

 

Utrope Mercier(9) tient en un bastiment trois carreaux un quart pource doit dudit froment la huitiesme partie dune mezure, chapon et argent deux deniers un quart
 
Contenant les dits lieux trois journeaux huit carreaux deux tiers a deux cent carreaux au journal et herpenté a la gaulle de douze pied en carré

 

Fait clos et arresté le present herpentement en presence de la majeure partie des debtanteurs par moy soussigné

 

La minutte est signée du soussigné controllée a Matha le trente de juillet 1768 reçu dix sol et trois sol

Signé Feniou, notaire royal, herpenteur


Notes


(1) Jean Denechère, originaire de Neuvicq-le-Château, marié à Brie le 09/11/1723 avec Marie Sauvion (à noter que son frère Pierre Denechère se marie le même jour avec Jeanne Sauvion, sœur de Marie) , décédé à Brie le 25/11/1763 âgé de 68 ans – C'est la première mention connue du patronyme Denechère à Brie-sous-Matha.
(2) Pierre Gros, né à Brie le 24/04/1735, tailleur de pierre, époux de Marie Renou, décède à Brie le 28/02/1771
(3) Jacques Vallet, époux de Marie Gaborit, décède à Brie le 25/09/1773
(4) Jean Dugast, né à Brie le 21/11/1731, décède à Brie le 21/05/1794
(5) Jean Mathou. Les bâtiments mentionnés ici sont la maison contigüe au logis de Chatenet, faisant l'angle de la Grand rue et de la rue Basse. Le 15/11/1797, les enfants de Jean Mathou, alors décédé, vendent cette maison à Laurent Laurent, scieur de long à Brie.
(6) Michel Augé marié à Brie le 28/02/1723 avec Jeanne Parenteau
(7) Charles Augé marié à Brie le 30/01/1724 avec Marie Blanchard
(8) Pierre Daigre, époux de Marie Babin
(9) Eutrope Mercier, né à Brie le 1er mai 1733

Repost 0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 12:07
20 août 1532 - Procès fait par l'abbesse du couvent de Fontevraud à deux habitants de Brie, pour refus de faire déclaration, et de payer les redevances dues à l'abbaye.

Extraict du registre contenant les expeditions des causes audiances cydevant en la cour de la baronnie de Mastas [Matha] faict par l’ordonnance et apointement donné par monsieur le juge sénéchal dicelle sur la requeste presentee par le substitut du procureur de lad baronnie le lundy troisiesme jour de may mil six cent vingt quatre (c'est la date à laquelle le registre a été enregistré, et non la date des actes)

Entre l’abbesse du couvant de Fontrevrault contre Jean Girard de Bries, pour bailler par déclaration de luy bailler par declaration et ce faict a baille par declaration … et … viendront faire la  faict les jour et an susdits (le vingtiesme jour daougst mil cinq cent trante deux).

 
Entre l’abbesse du couvant de Fontevrault contre Lorent Bastard vesve (veuve) de feu Jehan Neau delay pour bailler par declaration donne et faict par nous … … bachelier faict lesd jour et an susdits

Source : Archives départementales de Charente-Maritime - Cote 1 J 475 - Relevé par Pierre Collenot
Repost 0