Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 13:25

Du poison dans l’eau du robinet
 

 

Sur FR3, Lundi 17 mai à 20.35
A Brie-sous-Matha, depuis des années
 
Sophie Le Gall, la réalisatrice, a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination de l’eau et interpeller les autorités...


Un documentaire réalisé par Sophie Le Gall
Produit par Ligne de Mire, avec la participation de France Télévisions


Présenté par Marie Drucker


C’est un danger invisible qui menace les foyers, une menace pour la santé des Français, des plus jeunes aux plus âgés. Les citoyens l’ignorent, l’eau potable qui coule de leurs robinets est souvent contaminée.


Munie d’une valise multimédia équipée d’éprouvettes, Sophie Le Gall, la réalisatrice de ce documentaire d’investigation a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination et interpeller les autorités.


Dans le Centre, en Normandie ou en Charente, elle regorge de pesticides ou de nitrates, ces traitements chimiques qui peuvent provoquer des cancers. Les autorités le savent mais elles délivrent régulièrement des dérogations qui permettent de distribuer une eau impropre à la consommation.


Dans des villages d’Auvergne ou à Saint Etienne, les habitants boivent une eau blanchie avec de la poudre d’aluminium qui peut déclencher la maladie d’Alzheimer. Les doses dépassent largement le seuil de risque fixé par les scientifiques mais la réglementation ignore les dangers de ce neurotoxique. Elle fait aussi l’impasse sur le radon, ce gaz hautement radioactif qui contamine l’eau potable dans le Limousin.


Depuis quelques années, des citoyens et des scientifiques isolés tirent la sonnette d’alarme sur ces poisons qui coulent de nos robinets. Partout en France, l’eau potable charrie désormais une trentaine de résidus médicamenteux : antidépresseurs, traitements contre le cancer, hormones de la pilule contraceptive qui modifie le sexe des poissons... Pour protéger sa population de ce cocktail pharmaceutique qui pourrait devenir explosif, la Suisse installe des filtres actifs contre les molécules des médicaments. Alors que l’Europe somme la France de moderniser ses usines de traitement, notre pays ne cesse de minimiser l’ampleur de la pollution. Les communes et les grandes compagnies de distribution de l’eau ne souhaitent pas que de nouvelles règles viennent compromettre leurs affaires. Et tant pis si les Français trinquent à leur santé...

     
POST-SCRIPTUM


Débat autour d’auteurs, de réalisateurs, témoins ou experts.

Le maire, qui est aussi le vice-président du Syndicat Départemental de l'Eau de Charente-Maritime, malgré des demandes répétées et insistantes de son conseil municipal depuis plusieurs années, se refuse à afficher, à la fontaîne publique, l'information minimum légale destinée à informer le consommateur que l'eau de cette fontaîne publique n'est pas contrôlée.


Les dernières analyses connues indiquaient que cette eau était déconseillée aux femmes enceintes et aux nourrissons en raison de sa teneur en nitrates supérieure aux normes.

 

Le taux de nitrates de la fontaine de Brie était en décembre 2009 de 58 mg/litre, pour une norme de 50 mg/l maximum.

Elle contenait également, à la même date, des streptocoques fécaux.

Une eau de qualité vraiment très moyenne, faisant courir un risque à une partie des consommateurs.

 (Analyse du laboratoire Labiomas du 09/12/2009)


Le maire n'en a que faire.

 

Un vice-président du Syndicat Départemental des Eaux de la Charente-Maritime a des sujets beaucoup plus intéressants à traîter que la qualité de l'eau distribuée dans sa propre commune !

 

Prochainement, des informations à ce sujet sur le blog Briellois.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernard 02/08/2010 11:16



Bonjour,


Dans un article Sud Ouest numérique www.sudouest.fr/2010/08/02/le-village-tient-a-sa-fontaine-151943-1271.php du lundi 2 août 2010, il est
dit que "Cette fontaine, équipée d'une pompe électrique, est restée un point d'alimentation en eau du village, principalement pour les besoins agricoles mais aussi pour l'alimentation humaine, certains lui trouvant des qualités
particulières"


Avez-vous entendu parler de ces qualités particulières dont on ne connaît pas la teneur ? Quelle est
l’utilisation agricole ?


Un peu plus loin, l'article évoque - par trop succinctement - : "un nouvel
arrivant (mais qui est-il donc ?) au village a dénoncé cet état
de fait ( ?) à l'Agence régionale de la santé qui, dans l'attente de mesures
appropriées, a ordonné de couper l'alimentation en eau de la fontaine". Qu'a donc dénoncé  ce "nouvel arrivant" pour que l'ARS soit
obligée de prendre des "mesures
appropriées", mais appropriées à quoi ? Au fait que la fontaine est inconnue de ses services ?


L'article fait aussi état - sans indiquer la période concernée - d'une analyse du "laboratoire d'analyse Sèvres Atlantique" qui "a conclu comme observation : « Eau de bonne qualité bactériologique mais de qualité
physico-chimique non satisfaisante au regard des niveaux de référence fixés par le Code de santé publique pour les nitrates (0,81 mg par litre).
À écarter de la consommation
humaine. »


Il n'est pas fait état des streptocoques fécaux dont vous parlez dans un article et j'ai peine
à comprendre alors ce qu'est une "bonne qualité bactériologique".


Et si cette eau est à écarter de la consommation humaine, pourquoi la remettre en service
? Pour arroser ses salades avec des streptocoques fécaux, ce qui boucle la chaîne alimentaire ?


Tout ceci manque de logique et de bon sens. Et d'objectivité. Et on reste sur sa faim quant à
l’information.



Enfin dernière question : comment s’appellent les habitants de Brie-sur-Matha ? Des Briellois ou des Briois, comme il est indiqué sous la photo de cet article ? 



Pierre Collenot 02/08/2010 12:12



J'essaye de répondre à toutes vos questions :


Qualités particulières : aujourd'hui, personne à Brie ne sait dire de quelles vertus l'eau serait porteuse, mais probablement pas celle de développer la capacité de réflexion critique. C'est
comme dans les siècles passés, avec les reliques des saints. Peu importait de savoir si la relique était authentique, il était important de faire savoir qu'on détenait une belle relique, comme à
Saint-Jean d'Angély, avec une tête de St Jean qui avait son clone en plusieurs autres lieux de la chrétienté. Pour une fontaine, il suffit de dire assez longtemps qu'une eau a des vertus pour que
la rumeur publique le transforme en certitude. Le contraire est probablement vrai aussi : une mauvaise réputation circule aussi vite. C'est probablement pour cette raison que le Maire de Brie
refusait, depuis des années, l'affichage de l'information "eau non contrôlée" qui lui était demandée avec insistance.


L'utilisation agricole : arrosage de jardins, principalement, et pour un viticulteur indélicat et pollueur de la commune, bien connu de tous, utilisation du ruisseau de Brie, alimenté par l'eau
de la fontaine, comme chasse d'eau lorsqu'il rince ses fosses à vendanges, un an après la vendange précédente, et déverse le tout dans le réseau des eaux pluviales. Tradition oblige.


Le nouvel arrivant : c'est moi, le blogueur, arrivé il y a 8 ans dans la commune, conseiller municipal élu par les habitants en mars 2008. Nouveau, c'est une notion d'une relativité certaine. On
pourrait aussi dire du Maire qu'il est nouveau, puisque plus jeune que la moyenne de la population. Relativité de la nouveauté.


J'ai communiqué à l'ARS deux courriers adressés au Maire en mai et juin 2010, auxwquels le Maire n'avait pas jugé utile de répondre, sur les problèmes sanitaires de la fontaine publique.
L'analyse demandée par la commune en décembre 2009 au Laboratoire LABIOMAS avait donné un résultat qui aurait dû inciter le Maire à informer les habitants des risques pour leur santé, puisque le
laboratoire indiquait un taux de nitrates de 58 mg/l et la présence de streptocoques fécaux (de la merde). Mais le maire a osé distribuer aux habitants, en janvier 2010 un document, confirmé par
un compte-rendu du Conseil Municipal, où il affirme que l'eau de la fontaine est potable. Un acte tout simplement CRIMINEL commis par le Maire. C'est ce qui m'a amené à porter plainte contre lui
pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui.


Attente de mesures appropriées : le maire connaît parfaitement les 3 formalités qu'il doit accomplir pour pouvoir rouvrir la fontaine. Une réouverture qui dépend entièrement de lui, et qui est de
sa responsabilité. La pétition qu'il fait signer est donc comme s'il demandait aux habitants d'écrire qu'il est irresponsable. Plus il y aura de signataires, plus cela pourra inciter le préfet à
engager contre lui une possible action en destitution, car le Maire se comporte ici comme un vulgaire empoisonneur public. A moins qu'il n'en soit pas conscient, ce qui justifierait sa
destitution.


Il faut que cette fontaine soit remise en service rapidement, dans l'intérêt de tous, à condition que la sauvegarde de la santé publique soit assurée par une information indiquant qu'elle n'est
pas potable. Une eau non potable a de multiples usages, et les habitants ne doivent pas en être privés, par la seule volonté du maire.


Les habitants de Brie : Briellois ou Briois ? voyez ici  Le Maire voudrait bien
faire disparaître de la planète le gentilé "Briellois" qu'il a créé lui-même. Le nom de ce blog lui est insupportable, comme les lois de la République. Il n'est pas au bout de sa croisade contre
tout cela. Il va probablement rencontrer quelques obstacles avant d'y parvenir.






Léo 03/06/2010 23:15



Mieux qu'un téléroman !



Pierre Collenot 04/06/2010 00:26



Ce qui est mieux : il se passe tous le jours quelque chose de nouveau à Brie, alors que dans certains romans l'intrigue s'effiloche au fil des pages. Ici, ça n'est jamais le cas. Le lecteur en a
pour son argent.