Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 16:36

En 1768, le notaire Feniou, de Thors, fait l'arpentage du lieu-dit "la Groie" à Brie-sous-Matha, pour établir le rôle d'imposition de la rente seigneuriale en froment, chapons et argent due par les tenanciers à la seigneurie de Chatenet.

 

A cette date, pour les habitants de Brie, il n'y avait pas de confusion possible, le lieu-dit "La Groie" ou "Prise de la Groix", est un lieu-dit bien localisé, et le notaire en donne les contours. Comme on peut le lire dans le texte ci-dessous, il se situait clairement au sud du chemin qui va de Brie à Macqueville.

 

Le cadastre "napoléonien", 100 ans plus tard (vers 1850-80), situe le lieu-dit "la Groie" au même emplacement qu'en 1768. Les "Combes Josson" sont également indiquées sur ce cadastre. Il n'y a pas de confusion possible entre ces deux lieux. Le premier est sur la section C du cadastre, le second est sur le section B. Même ceux qui ne savent pas lire ne les confondent pas. Un chemin les sépare.

 

cadastre_-014_groie.jpg

 

Le maire actuel de Brie semble être le seul à connaître une autre version : celle qu'il a inventée de toutes pièces, pour justifer son erreur, envers et contre tout. Le remembrement de 1975 n'a pas, comme il l'affirme dans la presse, changé l'emplacement ancestral des lieux-dits de Brie-sous-Matha.

 

Aujourd'hui, comme jadis, le lieu-dit "la Groie", toujours au même endroit, est en section ZD (ex-section C). C'est un endroit que je connais très bien. Je connais aussi très bien son histoire. Les Combes Josson sont en section ZC (ex-section B).

 


Source : archives particulières - Brie-sous-Matha

 

Le vingt six juillet mil sept cent soixante huit a esté par moy notaire royal herpenteur soussigné mezuré et herpenté un article de rente sittué au bourg de Brie appelée la Prise de la Groix quy confronte du levant a la terre de François Bastard et a la veuve Brunet, du couchant au chemin qui conduist de Brie à la Coudre, du midy aux terres de plusieurs et du septentrion au logis et jardin des Chatenet a la terre dautre particuliers et au chemin quy traverse le bourg pour raison de quoy il est du a la seigneurie de Chatenest en Brie un boisseaux un quart froment mezure de Mastas un chapon et le tiers dun, et huit sols en argent de rente noble payable par les cy après nommés par chacun an jour et feste de Saint Luc et pour scavoir combien chacun doit a esté esgallé comme sen suit

 

1768-01_redu.jpg

 

Premièrement
Jean Deneschere(1) tient en dix scillons quarente cinq carreaux pource doit dudit froment une mezure et demie moins la douziesme partie dune chapon et argent deux sols un denier et demy

 

Pierre Gros(2) tient en seize scillons soixante sept carreaux un quart pource doit dudit froment deux mezure et le quart dune, chapon et argent trois sols cinq deniers

 

Jean Auge en quatre scillon vingt un carreaux plus cinq scillons dun bout et sept de lautre trente neuf carreaux trois quart plus en un jardin cinq carreaux trois quart plus en autre trois carreaux un quart plus en ses bastiment et issuë neuf carreaux deux tiers plus en sa quatriesme partie dune grange et issue trois carreaux et demy, plus un fumeron deux carreaux revenant en tout a quatre vingt cinq carreaux pource doit dudit froment trois mezure moins la huitiesme partie dune, chapon et argent quatre sols trois deniers

 

Jacques Vallet(3) en douze scillons soixante trois carreaux pource doit dudit froment deux mezures et la huitiesme partie dune, chapon et argent trois sols deux deniers

 

Jean Dugast(4) tient en neuf scillons dun bout et cinq de lautre quatrevingt quatre carreaux deux tiers plus en son jardin dix sept carreaux plus un fumerou deux carreaux revenant en tout a cent trante carreaux pource doit dudit froment quatre mezure et demie moins la douziesme partie dune, chapon et argent six sol six deniers

 

Jean Mathou(5) en cinq scillons trente un carreaux un quart plus en son jardin dix sept carreaux un quart plus en ses batiment et jardin vingt un carreaux un tiers plus en un toit et passage six carreaux un quart revenant en tout a soixante et seize carreaux pource doit dudit froment deux mezures et demie et la douziesme partie dune, chapon et argent trois sol huit deniers et demy

 

Jean Babin en cinq seillons trente un carreaux un quart plus un jardin trois carreaux plus un fumerou un carreaux plus en la moitié dune chambre deux carreaux un tiers revenant en tout a trente huit carreaux pource doit dudit froment une mezure un tiers, chapon et argent deux sols

 

Pierre Augé en son jardin trois carreaux un quart plus en ses batiment et issue douze carreaux et demie revenant en tout a dix neuf carreaux un quart pource doit dudit froment les deux tiers dune mezure, chapon et argent un sol

 

Michel Augé(6) en ses bastiments et jardin vingt six carreaux et demy plus en une grange trois carreaux et demy, revenant en tout a trente carreaux pource doit dudit froment une mezure, chapon et argent un sol six deniers

 

Charle Augé(7) en une portion de grange trois carreaux et demy pource doit dudit froment la huitiesme partie dune mezure, chapon et argent deux deniers un quart

 

Pierre Daigre(8) en un jardin trois carreaux plus en un fumeron un carreaux plus en la moitié dune chambre deux carreaux deux tiers revenant en tout a six carreaux deux tiers pource doit dudit froment un quart mezure, chapon et argent quatre deniers

En marge : Payé pour 1782

 

Utrope Mercier(9) tient en un bastiment trois carreaux un quart pource doit dudit froment la huitiesme partie dune mezure, chapon et argent deux deniers un quart
 
Contenant les dits lieux trois journeaux huit carreaux deux tiers a deux cent carreaux au journal et herpenté a la gaulle de douze pied en carré

 

Fait clos et arresté le present herpentement en presence de la majeure partie des debtanteurs par moy soussigné

 

La minutte est signée du soussigné controllée a Matha le trente de juillet 1768 reçu dix sol et trois sol

Signé Feniou, notaire royal, herpenteur


Notes


(1) Jean Denechère, originaire de Neuvicq-le-Château, marié à Brie le 09/11/1723 avec Marie Sauvion (à noter que son frère Pierre Denechère se marie le même jour avec Jeanne Sauvion, sœur de Marie) , décédé à Brie le 25/11/1763 âgé de 68 ans – C'est la première mention connue du patronyme Denechère à Brie-sous-Matha.
(2) Pierre Gros, né à Brie le 24/04/1735, tailleur de pierre, époux de Marie Renou, décède à Brie le 28/02/1771
(3) Jacques Vallet, époux de Marie Gaborit, décède à Brie le 25/09/1773
(4) Jean Dugast, né à Brie le 21/11/1731, décède à Brie le 21/05/1794
(5) Jean Mathou. Les bâtiments mentionnés ici sont la maison contigüe au logis de Chatenet, faisant l'angle de la Grand rue et de la rue Basse. Le 15/11/1797, les enfants de Jean Mathou, alors décédé, vendent cette maison à Laurent Laurent, scieur de long à Brie.
(6) Michel Augé marié à Brie le 28/02/1723 avec Jeanne Parenteau
(7) Charles Augé marié à Brie le 30/01/1724 avec Marie Blanchard
(8) Pierre Daigre, époux de Marie Babin
(9) Eutrope Mercier, né à Brie le 1er mai 1733

Partager cet article

Repost 0

commentaires

la pecnaude 10/05/2010 01:17



J'ai vu, il y a quelques temps, un reportage sur un archi qui, inconnu et très certainement entreprenant a réalisé un rond-point célèbre dit-on à Marennes ou La Tremblade, une histoire de bateaux
il me semble. Ayant des amitiés parmi nos élus, il s'est vu confier toutes les conceptions architecturales des ronds-points du département et d'ailleurs, il gagne très très bien sa
vie. C'est que çà coûte très cher la minute de fonctionnement de matière grise de ces gens là ... qui dit voirie, dit CG, dit Vice-Pdt du CG chargé de la voirie, dit Le Moine ! (que pour ma part
j'aime bien, le moine, pas le bonhomme).



la pecnaude 06/05/2010 04:09



Au cas, je l'espère improbable que le maire n'obéisse pas aux injonctions du Tribunal, et qu'il reste en faute, que risque-t-il ?


Est-ce qu'au moins à Brie, vous avez satisfaction sur la voirie et vous eu droit "vous aussi" à votre rond-point personnalisé" ?



Pierre Collenot 09/05/2010 20:52



Je ne vous donnerai pas la réponse en ligne, pour ménager le suspense des prochains épisodes.


La suite un peu plus tard.


Pour le rond-point, je n'ai pas compris le sens de votre question.



la pecnaude 05/05/2010 21:54



Il me semblait bien qu'il avait été question de DEUX carrières, votre article était d'ailleurs argumenté de photos assez probantes de produits toxiques (huiles de vidange etc...) et d'autres avec
des décharges furtives d'encombrants ... Mais, au fait, votre maire, prend-t-il les huissiers de justice pour des ignares ? Va-t-il prétendre qu'ils ne savent pas lire un cadastre ? Quand aux
juges aurait-il l'intention de les berner ? Autant qu'il courre tout de suite couper les verges qui vont le battre !



Pierre Collenot 06/05/2010 00:27



Au total, à Brie, nous sommes affligés de 4 carrières : deux sont communales, et deux ont été exploitées par le maire, sur des terrains qui lui appartiennent.


Ces carrières communales, malgré les demandes de la DRIRE pour que la commune les fasse fermer, restent ouvertes et accessibles, et se transforment naturellement en décharges.


Celles du maire ; il a "réhabilité" la première sous la forme d'une décharge sauvage (il encourageait les gens à venir la combler avec leurs déchets).
Pour la seconde, sous la pression de la DRIRE, il l'a fait reboucher (on ne sait avec quoi, mais il a déclaré que c'était avec des matériaux inertes, ce qui reste à démontrer).


Plusieurs habitants de la commune et moi-même demandons que sa 1ère carrière fasse l'objet d'une véritable réhabilitation, car nous craignons que ce qui y a été jeté, très près des habitations du
bourg, ne pollue durablement les nappes phréatiques.