Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 19:50

franc1er_2.jpgLa protestation contre les plus-values scandaleuses n'a pas commencé à Brie-sous-Matha en 2010 (voir ici).

 

En 1523, déjà, le roi François 1er s'inquiète des manoeuvres tentées par des habitants de la Saintonge, de l'Angoumois et du Périgord pour réaliser de substantielles plus values, en achetant des "héritages" (propriétés) à bas prix pour les revendre ensuite au prix fort.

 

Des pilleries et rançonnements qui pullulent en Saintonge

 

Il a reçu "plusieurs plaintes et doléances des grans pilleries et rançonnemens, faictes sur nostre peuple par plusieurs personnaiges acheptans rentes à pris illicite et non competent, heritaiges aussi à pris illicite".

Il s'agit d'acquisitions manifestement usuraires, illicites et réprouvées, qui pullulent en Saintonge, en Angoumois et en Périgord, multipliant charge et surcharge sur les pauvres gens.

 

Des plus-values qui contribuent à la perdition du pauvre peuple et de son labeur

 

Les acheteurs, par contrats usuraires font des achats à vil prix et contribuent à la perdition du pauvre peuple et de son labeur.

Les auteurs de ces délits ont été évidemment condamnés, mais ils ont fait appel des jugements.

 

Messieurs les juges, rendez-nous un peu de justice et de morale

 

François 1er intervient alors auprès des Parlements de Bordeaux et de Paris pour qu’ils rendent des décisions homogènes sur ce sujet.

Merci, François 1er, d'avoir essayé, de tout votre pouvoir royal, de mettre un peu d'ordre et de morale dans un monde de brutes où les intérêts particuliers devancent l'intérêt public.

 

Le texte complet de ce document de 1523 est disponible ici, sur le site Histoire Passion.

Partager cet article

Repost 0

commentaires