Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 01:17

2010-03-02 vignerons 01Il y a maintenant plus d'un an que le conseil municipal demande au Maire des explications sur son utilisation privative, sans bail ni loyer, du bâtiment communal dit des Vignerons Charentais.

Après des demandes répétées, écrites et orales, des heures perdues à entendre le maire tenir des propos volontairement confus et incompréhensibles, la situation est la suivante :

-1- Le 7 juillet 2009, Jean-Jacques Labrousse, conseiller municipal écrit au Maire pour lui demander l'inscription de 5 questions à l'ordre du jour d'un prochain Conseil Municipal.
Bâtiment relais dit "bâtiment des vignerons"

o Ce bâtiment fait-il toujours partie du patrimoine de la Commune ?

o Si oui, de quel titre d 'occupation se prévaut I'occupant actuel ?

o Quelle est la contrepartie de cette occupation ?

o Quand la Commune prévoit-elle sa réhabilitation ou quel est son devenir ?

o Que sont devenus les 810 000 francs (121.500 €) versés en 1999 par I'assurance au titre de dédommagement du sinistre de 1998 ?

 

-2- Le Maire, qui a mis la question à l'ordre du jour du conseil municipal du 7 décembre 2009 (152 jours après la demande), nous dit que ce bâtiment est bien propriété de la commune. Ce dont personne ne doutait, bien qu'il raconte à qui veut l'entendre que ce bâtiment public lui appartient. Mais à Brie, nous sommes habitués à trier dans ses propos.

-3- Le 7 décembre 2009, il annonce au conseil municipal qu'il va demander au service juridique du Conseil Général une expertise de la situation de ce bâtiment. A ce jour (30 juillet 2010), nous attendons toujours le résultat de cette expertise. Les experts du Conseil Général sont des gens très occupés... Il ne semble pas certain qu'il ait effectivement transmis la demande.

-4- Le 7 juillet 2010, (un an jour pour jour après la demande initiale d'explications) j'ai porté plainte contre le Maire pour occupation illicite d'un bâtiment public et son utilisation comme hangar agricole sans bail ni loyer depuis l'année 2004. Un préjudice sérieux pour la commune. Le Maire se plaint, gémit, et se pose en victime.

-4- Le 22 juillet 2010, le Maire met le sujet à l'ordre du jour du Conseil Municipal, mais par un artifice de procédure, il suspend la séance et traite le sujet pendant cette suspension de séance, pour éviter, dit-il, le délit d'ingérence (prise illégale d'intérêts). Explications toujours aussi confuses.

-5- Le 23 juillet 2010, compte tenu de l'opacité de cette affaire, et dans l'impossibilité d'obtenir de la part du Maire les informations précises qui permettraient aux élus de la commune d'examiner ce sujet en connaissance de cause, je lui ai écrit le courrier ci-dessous :

Objet : demande de communication de documents

 

 

Monsieur le Maire,

 

Conformément aux dispositions de la loi du 17 juillet 1978, je vous demande communicationdu document suivant :

 

Contrat de Crédit-bail passé entre la commune de Brie-sous-Matha et la SARL Goursaud, pour l'utilisation du bâtiment dit « des Vignerons Charentais ».

 

En application de l’article 4 de la loi, je souhaiterais que la communication ait lieu sur place, aux jours et heures que vous voudrez bien me faire connaître, pour les documents volumineux, ou par délivrance de copies sur papier.

 

Je m’engage par avance à vous régler les frais correspondants au coût de reproduction, dont vous voudrez bien m’indiquer le montant préalablement à la communication.

 

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations.

 

Pierre Collenot

 

 

vignerons_01.jpgOn s'attend à la suite que donne habituellement le maire aux demandes de communication de documents publics : pas de réponse, recours à la CADA, au Tribunal Administratif, condamnation du Maire pour abus de pouvoir et injonction de communication du document demandé, non-exécution du jugement du TA par le Maire, procédure en référé, condamnation avec astreinte. Un circuit qui dure à peu près deux ans. Et pleurs du Maire parce que la justice lui en veut, à lui, pauvre victime.

 

vignerons_02.jpgEt pendant ce temps-là il ne paye pas le loyer qu'il doit à la commune (depuis 2004).

Un Maire au comportement scandaleux, et qui ose affirmer sans broncher que ce sont des conseillers municipaux malveillants qui bloqueraient le fonctionnement des instances municipales. Il ne manque pas d'aplomb ! Et la majorité du Conseil Municipal, complice du préjudice qu'il cause à la commune, approuve sans poser de questions.

Comment faire comprendre au Maire qu'il s'enfonce dans une délinquance de plus en plus manifeste ?

Comme il l'a dit au cours de la réunion publique du 28 juillet : "Je n'arrive pas à compendre pourquoi chaque fois que j'attaque Collenot en justice, je perds, et chaque fois qu'il m'attaque en justice, je perds aussi. Il doit être protégé en haut lieu".

Il y a une explication beaucoup plus simple : la Justice française n'a aucune raison d'encourager la délinquance de plus en plus manifeste de Monsieur Bernard Goursaud. Comment le lui faire comprendre ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ventenac 30/07/2010 23:27



Oui, mais où est le prescripteur de cette thérapie ?


Oui, c'est exactement ça puisque, vous le décrivez bien, tout le système du pouvoir a quelque chose de pourri...Il faudrait une instance neutre  pour contrôler le respect de la démocratie, à tous les échelons, et une autre pour contrôler cette dernière et ainsi de suite...Médecin
incorruptible  improbable.


En fait, seul le peuple pourrait être le prescripteur, mais pour cela, il faut qu'il ait faim, de pain et de justice... C'est une longue Histoire et qui se répète!




 

Quel tableau sinistre donne d'elle-même notre démocratie !



Pierre Collenot 31/07/2010 00:08



Quand je regarde l'histoire et ses soubresauts, je constate que les périodes où l'Etat est défaillant (comme je le vois aujourd'hui) sont souvent suivies d'un nettoyage et d'un retour à un plus
juste équilibre des valeurs. Malheureusement, c'est très souvent au prix d'une confiscation des libertés (jusqu'à la suppression suprème sous la forme de têtes coupées).


Je suis fervent défenseur de la démocratie, que je trouve être le mode de gouvernement le plus capable de s'auto-réguler. Elle suppose, pour fonctionner correctement, que la majorité de ses
acteurs aient un forte envie de défendre le bien commun, ce qui ne me semble plus être le cas aujourd'hui. Trop d'acteurs majeurs ne défendent que des intérêts particuliers souvent réduits à
leurs propres intérêts.



la pecnaude 30/07/2010 21:04



Que doit-on attendre d'une pharmacienne ? des vaccins ?



Pierre Collenot 30/07/2010 23:17



C'est une profession qui donne d'elle-même une image floue : entre l'épicier de luxe qui vend des boules de gomme avec caducée sur l'emballage pour justifier de fortes marges et le professionnel
de santé auquel vous demandez conseil.


Au moins, en politique, c'est plus clair. Les gens savent mieux à quels professionnels ils ont affaire. On voit rapidement la différence entre ceux qui oeuvrent pour l'intérêt public et ceux qui
font passer leur carrière avant tout le reste.



ventenac 30/07/2010 09:32



 Il est des cas qui relèvent de la pathologie psychiatrique: délire de persécution, manipulation, déni de responsabilité et j'en passe. A vrai dire, ce sont les instances supérieures qui,
ici, sont devenues défaillantes, un peu comme des parents qui ne gèrent plus du tout leur enfant difficile, livré à lui-même et à tous ses démons. Et c'est tout le village (ou presque), dans le
même déni, qui devrait suivre des séances de thérapie familiale...



Pierre Collenot 30/07/2010 10:52



Oui, mais où est le prescripteur de cette thérapie ?


Notre conseillère générale, élue grâce à quelques voix apportées par Monsieur Goursaud, est, par son silence, complice de cette situation. Elle est cependant pharmacienne. On pourrait penser que
les études qu'elle a faites avaient pu lui apprendre à développer son sens critique, mais les objectifs d'un parcours politique ont malheureusement anesthésié chez elle ce type de réflexes.


Le sous-préfet, assoupi, regarde derrière ses paupières baissées, et ne dit rien, pour ne pas interrompre sa sieste. Le préfet, en partance, est déjà ailleurs.


Les hommes politiques, friands de quelques voix, ont distribué leurs récompenses avec l'argent public qui ne leur appartient pas, et se lavent les mains de ce qui peut survenir du fait de leur
"cher ami".


Et pendant ce temps-là la population d'une petite commune, prise en otage par un délinquant, plie l'échine pour ne pas recevoir un nouveau mauvais coup.


Quel tableau sinistre donne d'elle-même notre démocratie !