Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 20:45
super_carrieres.jpg
Le 21 octobre 2009, dans un long interview à l'Hebdo de Charente-Maritime, Monsieur Bernard Goursaud déclarait hardiment :

"Ajoutant en guise de conclusion qu'il y a environ un an, la Drire est venue inspecter les trois carrières et n'a rien trouvé à redire."


Il avait, comme d'habitude, poussé le bouchon un petit peu trop loin
Ses propos ont été totalement démentis par les faits, avec quelques retours de bâton.

Depuis cet interview journalistique mémorable, le rapport de la DRIRE est remonté à la surface, malgré les réticences du Préfet. On voit à quel point il est accablant pour le Maire et la commune de Brie.

Le Maire de Brie, poête :
Le rapport de la DRIRE,
C'était pour rire,
Et j'sais pas lire.
Le courrier du Préfet,
Vraiment sans intérêt,
Voyez c'que j'en ai fait.

Aujourd'hui, 29 janvier 2010, un courrier du Préfet, daté du 9 décembre 2008 (texte ci-dessous), est aussi remonté à la surface, distribué par le Maire aux conseillers municipaux, en vue d'une prochaine réunion du conseil.

Le sujet des carrières et décharges sauvages de Brie est de nouveau à l'ordre du jour,.

Une affaire qui est très loin d'être règlée, puisque, malgré le rapport de la DRIRE et le courrier du Préfet, que le maire avait gardés cachés, les extractions illégales se sont poursuivies dans la carrière de Berlaigne (voir cet épisode). Et la même carrière, faute de moyens de dissuasion efficaces, continue à servir épisodiquement de décharge sauvage. Le rapport de la DRIRE, pensait-il, c'était pour rire...

Le Maire est parfaitement au courant de cette situation, évoquée à de multiples reprises en réunion du conseil municipal,mais, chaque fois il s'est opposé clairement à la mise en place des moyens préconisés, pour en interdire l'accès au public et aux entreprises.

Il attend probablement un nouveau dépôt de plainte, ou la chute d'un enfant ou d'un riverain dans un à-pic.

Le blogueur le répète inlassablement depuis des mois, et le répète encore :

Les carrières de Brie doivent être fermées
et interdites d'accès de façon efficace.
Leurs abords doivent être sécurisés.

Enfin, comme dit Mr Goursaud aux journalistes qui veulent bien l'entendre : "il y a environ un an, la Drire est venue inspecter les trois carrières et n'a rien trouvé à redire."

 2008-12-09_prefet_carriere001.jpg

La Rochelle, le 9 DEC. 2008

Le Préfet de la Charente-Maritime à Monsieur le maire de BRIE SOUS MATHA

Objet : Exploitation d'une décharge sauvage et d'une carrière communale.

Il m'a été signalé la présence, sur le territoire de la commune de Brie Sous Matha, d'une décharge sauvage et l'exploitation d'une carrière communale.
Après une visite d'inspection effectuée le 22 juillet dernier par les services de la DRIRE Poitou-Charentes, en votre présence, je porte à votre connaissance les faits suivants :

1) la décharge :
Située au lieu-dit "La Rente" sur une parcelle cadastrée n° 7, section ZE, la parcelle est desservie par un chemin rural. Son entrée est fermée par un simple fil de fer tendu entre deux piquets en bois dont le franchissement ne présente aucune difficulté.

La parcelle est végétalisée et entourée de boisement. La bande centrale dont le niveau se situe à la même altitude que les terrains environnants, est bordée de chaque côté par des merlons de 1 à 2 mètres de haut végétalisés.

Du côté de l'entrée, on peut trouver quelques dépôts plus ou moins récents de déchets divers : trois ou quatre pneumatiques et quelques ferrailles, 2 ou 3 fûts métalliques vides, un tas de résidus de terrassement ou de démolition mélangé à des produits divers. L'ensemble des déchets visibles représente un volume inférieur à 5 m3

Vous avez déclaré à l'inspecteur de la DRIRE que cette parcelle serait propriété de la commune.

2) la carrière communale :
A l'extrême Est de la commune de Brie sous Matha sur des parcelles cadastrées ZC 26 à ZC 32 se trouve une autre exploitation plus ancienne qui, d'après vos dires, est antérieure aux années 1975 mais semble servir encore de temps à autres pour des besoins ponctuels.

Bien qu'elle ne semble pas avoir été l'objet d'extraction récente, les terrains qui appartiendraient à la commune sont libres d'accès, aucune règle de sécurité applicable aux exploitations de carrières n'est respectée, l'entrée du site sert de dépôts de gravats.

En conséquence, s'agissant de la décharge, et compte tenu des pouvoirs qui vous sont conférés, je vous invite à nettoyer le site en évacuant les quelques déchets qui ont été apportés vers une installation autorisée, à procéder à des analyses de sol et à proposer une réhabilitation du site.

En tout état de cause vous devrez, dans un premier temps, réaliser une barrière plus efficace que celle qui existe afin d'interdire tout déversement sauvage. Le creusement d'un fossé avec les déblais posés en merlon sur toute la largeur de la parcelle est considérée comme la solution la plus efficace.

Pour l'ancienne carrière communale, vous êtes également invité à réaliser les travaux de mise en sécurité comprenant au minima la clôture de l'ensemble des terrains de manière à interdire l'accès du public aux zones dangereuses qui sont les sommets et les pieds des fronts de taille, la rampe d'accès telle qu'elle est actuellement, toute exploitation de matériaux étant interdite.

En effet, aucune autorisation préfectorale n'a été délivrée pour cette carrière.

Le Préfet,

Henri MASSE

Copie : sous-préfecture de Saint-Jean-d'Angély.

La résurgence inopinée de cette lettre du Préfet, qui n'avait jamais été communiquée aux conseillers municipaux, entraîne naturellement une autre question :

Combien de courriers de ce type, qui engagent la responsabilité de la commune, traînent encore dans les tiroirs de Monsieur Goursaud, ou ont tout simplement été mis à la poubelle, ignorés des élus ?

Des bombes à retardement bien utiles pour le jour où il ne sera plus aux commandes de la commune.

Partager cet article

Repost 0

commentaires