Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 09:13
Dans l'Hebdo de Charente-Maritime du 28 août 2008

Les trois décharges qui existent sur la commune sont un sujet de discorde au sein du conseil municipal. Qui se veut pourtant laïc, démocratique et républicain...
Pierre GIRARD.
 
Il faut remonter au mois d'avril dernier pour comprendre ce qui se passe au sein du conseil municipal.
 
Alerté par Pierre Collenot, conseiller municipal, aux environs du 15 mars 2008, Patrick Picaud, président de l'association Actions Informations Ecologie (AIE 17), avait adressé au maire, Bernard Goursaud, le 3 avril dernier, une lettre restée sans réponse. Il s'était donc déplacé en personne le mardi 29 avril pour consulter le Plu et constater l'état de la décharge de La Rente. Le maire ayant alors fait opposition à sa visite, Patrick Picaud est revenu le mercredi 30 avril pour faire visiter les trois décharges à deux représentants de SOS Rivières & Environnement.
 
L'affaire de ces décharges sauvages, contraires au Code de l'environnement, ne devait pas en rester là. Et semer le trouble, voire la division, au sein du conseil municipal. Le 22 juillet dernier, un débat houleux a eu lieu entre la majorité du conseil et Pierre Collenot qui avait alerté la préfecture de l'existence desdites décharges. Ce dernier a expliqué « qu'il veut que le maire fasse respecter les lois et règlements, quels qu'ils soient. L'interdiction de décharges sauvages pour y déposer déchets, gravats, branchages ou de faire brûler à l'air des déchets végétaux fait partie de la responsabilité d'un maire », a-t-il déclaré.
 
Devant la situation de blocage, le maire a proposé de voter une délibération de carence, la mise en place d'un comité consultatif des services publics prévu au Code des collectivités territoriales pouvant être formé ultérieurement. Le conseil a accepté par 10 voix pour et une abstention. Mais l'affaire n'en est pas restée là puisque le maire a même avancé une démission unanime du conseil qui ne voulait plus siéger avec Pierre Collenot. Ce qui n'est pas conforme à la loi, puisque ce dernier a été élu démocratiquement. Et qu'il n'existe pas de démission collective, mais des démissions individuelles, droit dont chacun des conseillers peut user s'il le désire.
 
Toujours est-il que le problème de ces décharges "sauvages" a été évoqué dès 2001, sans qu'aucune suite n'ait été donnée. Comme quoi des décharges, "sauvages" ou "apprivoisées" peuvent empoisonner l'atmosphère d'un conseil municipal et l'atmosphère de la campagne saintongeaise.

Partager cet article

Repost 0

commentaires