Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • Le blog de Pierre Collenot, citoyen de Brie-sous-Matha
  • : Réflexions d'un citoyen sur sa commune en Charente-Maritime.
  • Contact

Recherche

Citation

« La démocratie ne consiste pas à mettre épisodiquement son bulletin dans l’urne, à déléguer les pouvoirs à un ou plusieurs élus, puis se désintéresser, s’abstenir, se taire, pendant cinq ou sept ans. (...) La démocratie n’est efficace que si elle existe partout en tout temps. Le citoyen est un homme qui ne laisse pas aux autres le soin de décider de son sort commun. Il n’y a pas de démocratie si le peuple n’est pas composé de véritables citoyens, agissant constamment en tant que tels. »

Pierre Mendès-France - La république moderne.


Archives

29 mars 2008 6 29 /03 /mars /2008 19:43
Document distribué aux habitants de Brie-sous-Matha le 27 mars 2008
La première partie de ce document avait été lue en séance par Jean-Jacques Labrousse, lors du conseil municipal du 21 mars 2008.

INTERVENTION FAITE LORS DE MA CANDIDATURE AU POSTE DE MAIRE

En préambule, je voudrais rappeler, sur mon honneur et ma conscience, que, malgré ce qui a pu être colporté comme ragots ou médisances, je n’ai pas contribué à la création du blog de Pierre Collenot  ni à  lui fournir quelques informations qui auraient pu nuire à l’équipe sortante ou à la liste à laquelle j’avais choisi d’appartenir. Au contraire j’ai dit à Pierre, dés le début du blog(le jeudi 10 janvier), que cela ne me semblait pas un outil adapté et je l’ai ensuite plusieurs fois invité à éviter des propos trop incisifs. Je reconnais néanmoins le courage dont il a fait preuve, permettant ainsi que ce qui se disait ou se dit encore sous le manteau, soit rendu public.

Tirant les conclusions de ce qui s’est passé depuis début mars, je me présente donc au poste de Maire.

 J’en donnerai d’abord 3 raisons :

-    Dans les semaines qui ont précédé le premier tour, notre tête de liste a fait émergée une candidature supplémentaire (c’est lui qui a rédigé, dupliqué lettre de candidature et bulletins) dans le seul but de ne pas me faire élire. Outre que cette manœuvre a eu le résultat que l’on sait, je considère qu’elle a rompu le pacte de loyauté et de franchise qui nous liait.

-    Le dimanche 9 mars à 16 heures, Monsieur le Maire a perdu ma confiance car j’ai eu la preuve qu’il avait menti à son Conseil Municipal et à moi-même. Lors de la réunion du Conseil Municipal du 2 octobre 2007, à la question que je lui posais de savoir si nous avions subi des pénalités dans la procédure du paiement des écoles, il a répondu négativement, me fournissant même des documents à l’appui qui pouvaient le laisser croire. Or, le 9 mars,  il s’avère que sur ma demande de consulter le dossier, il possède bien une lettre de Monsieur le Préfet qui prouve que la Commune à bien été pénalisée de 9 000€ environ soit 6 millions d’anciens francs. Qui d’entre nous était au courant ? Cette attitude est indigne d’un maire et je ne peux cautionner sa réélection à ce poste.

-    Je ne peux pas non plus vivre sous la menace permanente d’un chantage à la démission. Avant le deuxième tour c’était à qui voulait l’entendre : “Si Pierre Collenot est élu je ne me représenterai pas”. Depuis si j’en crois la rumeur c’est : “je me représente et démissionnerai après les cérémonies d’anniversaire du jumelage avec l’Ariège”. Ce n’est pas pour cette raison ni dans ces conditions que l’on est candidat pour gérer un village.

S’il fallait trouver d’autres raisons j’en nommerais deux. Cela en fera donc provisoirement 5.

-    La politique  d’opposition systématique, le dénigrement de ses collègues sur le canton, l’entêtement dans le dossier des écoles,  les constantes volte-face de notre Maire, font de notre commune, la risée du canton et nous discréditent.

-    Enfin, si par le plus grand des hasards, j’étais élu, je puis affirmer que je serai un Maire intègre, juste et régulier, au services de tous les habitants de la commune, sans exclusive et que tous seront traités de la même façon dans le respect du droit et de l’intérêt collectif.

Cette intervention est écrite, je la transmets au secrétaire de séance pour qu’elle soit intégrée au compte rendu de cette réunion qui sera bien sûr affiché en lecture publique.

Jean- Jacques Labrousse



MÊME SI ÇA FAIT MAL !

Les deux premiers paragraphes concernant des regrets publics à caractère familial ont été supprimés à la demande de leur auteur

Fallait-il, pour protéger les liens familiaux, faire comme j’ai choisi de le faire le 20 janvier 2008, accepter d’être colistier et faire comme si…tout allait bien. Bernard, n’a pas su reconnaître ce pas fait vers lui. Il voulait ma peau, comme il l’a dit. Non pour des différences profondes d’approche sur l’intérêt communal, bien qu’il y ait eu par le passé des discussions sérieuses entre nous sur certains sujets, mais parce qu’il avait décrété que je représentais un danger pour lui, l’empêchant  de prospérer dans le flou de moins en moins artistique dans lequel il gère la commune et les intérêts communaux. Petit à petit, un mensonge en poussant un autre, une dérive en entraînant une autre, la vérité sortira.

Je ne pouvais plus faire comme si…

J’aurais pu, comme le font d’autres m’écarter, ne pas solliciter un nouveau mandat. Ce n’est pas ma conception du bien public dans lequel mes parents d’une famille de 7 enfants, petits ouvriers, nous ont éduqué. Savoir d’où l’on vient, conserver ses valeurs, accepter celles des autres même s’il faut les discuter, servir l’intérêt collectif, ne jamais renoncer face à la médisance et à la calomnie, travailler sans relâche à l’avènement d’une humanité meilleure et plus éclairée, tels sont mes engagements et je compte bien les poursuivre jusqu’au seuil de ma vie.

 Avoir la tête haute, être un homme debout !

J’ai donc choisi, après les péripéties de début mars, de montrer clairement mon opposition au fonctionnement municipal de notre nouveau maire, en me présentant contre lui à ce poste.
Je ne me trompais pas, je savais bien que tout était organisé et que je n’avais aucune chance. Mais ce geste était en accord avec ma conscience. Ma surprise a été de trouver à mes cotés des voix en plus de celle que je pouvais imaginer. Je remercie sincèrement les trois personnes qui ont ajouté leur voix à la mienne. C’est courageux de prendre le risque de rentrer en disgrâce de notre maire. Heureusement, au-delà du parti pris individuel, il y a encore quelques personnes qui refusent d’être des moutons. Tant mieux, si des temps troubles revenaient nous pourrions  encore former la Résistance, pas celle de mai 44 mais celle de juin 40.

Sachez que je resterai un conseiller municipal d’opposition, car il faudra désormais que je me considère comme tel, mais d’une opposition constructive. J’apporterai, dans la mesure où l’on voudra bien l’accepter, ma contribution, mes compétences, mon temps au service de cette commune qui m’a adopté.

Sur mes engagements associatifs rien de mon côté ne sera changé. Je m’investirai comme par le passé. Car pour moi soutenir les associations, ce n’est pas dire aux autres ce qu’il faut faire, javasser les mains dans les poches, mais au contraire les mettre dans le cambouis.

Merci à tous de m’avoir lu, chacun en tirera les conséquences dans ses relations avec moi, pour moi seul compte l’honneur.

 Jean Jacques LABROUSSE

Partager cet article

Repost 0

commentaires